Apple sans Steve Jobs ou le véritable test de la culture d’innovation

Inculquer une culture organisationnelle tournée vers l’innovation constitue un objectif louable, souhaitable et surtout, de longue haleine. Des milliers d’entreprises à travers le globe reconnaissent l’importance de ce besoin d’innover afin d’accroitre ses positions et dans plusieurs secteurs, simplement les maintenir. L’apport de Steve Jobs, à travers ses idées, sa vision du futur du design et de sa quête perpétuelle d’innovation, est immense comme en témoigne ce diaporama. Son leadership est indéniable. Il a bouleversé plusieurs pans de nos vies autant au bureau qu’à la maison et même dans nos loisirs (connaissez-vous beaucoup de personnes qui s’entrainent ou font leur jogging sans un iPod?).

Toutefois, le véritable héritage de Steve Jobs, tel que mentionné dans sa lettre au Conseil d’Administration de Apple, se doit d’être devant lui et non derrière lui:

I believe Apple’s brightest and most innovative days are ahead of it. And I look forward to watching and contributing to its success in a new role.

Le test ultime de l’héritage organisationnel de Jobs sera passé au cours des 3-4 prochaines années à savoir si le rythme d’introduction des nouveaux produits, que ce soit l’évolution des produits-phares de Apple tels que le iPod, iPhone, iPad et MacBook ou l’introduction des produits technologiques adaptatifs complètement nouveaux pour Apple comme l’ont été le iPhone oule iPad, se maintiendra. Le pipeline de R&D est probablement rempli pour les 2-3 prochaines années et c’est en partie ce qui explique la bonne réaction des marchés face au départ de Jobs.

Steve jobs est l’incarnation même d’Apple, de cette culture unique du dépassement et du bris des règles établies. Ses allocutions jeans bleus -T-Shirt noir -espadrilles sont attendues et suivies par des millions de disciples autour du globe. Avant d’être pdg d’Apple, Steve Jobs est avant tout un artiste, un créateur passionné. Cette caractéristique, qui n’est pas donnée à tous les pdg, vient aussi avec son lot de désagréments (Jobs était réputé pour ses sautes d’humeurs et son obsession pour des détails pouvant paraître anodins au commun des mortels). Tim Cook, son successeur, est plutôt décrit comme une manager ayant baigné dans la culture innovante d’Apple depuis des années. Sera-ce suffisant pour maintenir le cap? Nul le le sait.

La performance innovatrice d’une entreprise ne peut qu’être le fruit d’un seul cerveau

Une chose est sûre, la performance extraordinaire d’Apple en terme de fréquence d’innovations, de succès financier et commerciaux de son portefeuille d’innovations ainsi que la performance globale d’Apple, ne peuvent être le fruit du seul cerveau de Steve Jobs. Même si le comportement entrepreneurial et la propension au risque du PDG sont deux variables relevant du PDG qui exercent une grande influence sur la performance d’innovation d’une entreprise, elle ne sont pas les seules. On peut aussi compter:

  • les compétences distinctives en marketing et en mise en marché;
  • les compétences distinctives en technologie;
  • la capacité à bien gérer l’interface R&D et Marketing;
  • les orientations stratégiques du marketing;
  • et les orientations stratégiques en technologie.

Or, l’équipe d’Apple prêche par l’exemple dans l’exploitation de ces 5 éléments et ce n’est pas le fruit d’un seul individu aussi inspirant soit-il. Il faut par contre souligner qu’un ne va pas sans l’autre. Une excellente équipe avec un mauvais leader n’obtiendront pas des succès à la mesure d’Apple.

Apple compte environ 50 000 employés et chacun se doit de vivre et faire vivre la culture Apple aujourd’hui et demain. Le véritable legs de Steve Jobs sera cet intangible désir de toujours se renouveler et de faire différent. Même en son absence, je pense que la machine qu’il a façonnée, pourra continuer de produire encore un bon moment jusqu’à ce que cette culture s’effrite lentement et qu’un nouveau Steve Jobs #2 émerge de son garage et crée le prochain Apple…

MAJ 6 septembre 2011

Un très bon article de Fast Company qui explique comment Steve Jobs a réussi à insuffler une vision qui a produit des dizaines d’innovations.

5 types de billets pour un blogue en santé

Je blogue depuis maintenant presqu’un an. Comme je ne suis pas blogueur professionnel, j’écris différents types de billets: certains plus fouillés que d’autres, d’autres totalement à côté de ma ligne éditoriale, certains plus ou moins sérieux. Le but étant toujours de me présenter sous plusieurs facettes et ainsi rejoindre différents publics, toujours en tentant d’être pertinent ou au moins, divertissant. Depuis le début, je le fais intuitivement.

Or, j’ai appris récemment via une présentation de Rick Burnes , Gestionnaire  Marketing de Hubspot intitulée « Advanced Business Blogging » qu’une de clé du succès quand on tient un blogue est d’avoir un judicieux mélange de types de billets. Comme pour un quotidien tel La Presse, il faut rechercher l’équilibre entre les nouvelles fraîches, des nouvelles exclusives, des vidéos, des textes d’opinion, des photos, etc. Je pense que ca peut s’appliquer à tous les types de blogues, que l’on tienne un blogue sur le marketing dans les PMEs comme le mien ou si on est un chanteur dans un band heavy métal qui cherche à se faire découvrir. 😉

Rick Burnes propose une  typologie de 5 types de billets que l’on doit chercher à doser pour obtenir du succès avec un blogue.

1. »Raisin Bran »: billets de tous les jours assez basic.

raisinbran Ces billets peuvent être de type « How To » et indiquent comment effectuer telle ou telle tâche. Ils visent à éduquer. Ils sont riches en mots clés sur le sujet donné. On doit devenir assez bon et efficace dans la rédaction de ce type de billet. Avant de les publier, s’assurer qu’ils vont être utiles pour le public que l’on cible. Est-ce que d’autres billets similaires existent? Si oui, tenter d’ajouter de la valeur mais ne pas redire en d’autres mots ce qui a déjà été dit ailleurs.

Quelques exemples de ce type de billet: un billet de Marie Kuter chez Adviso qui donne les 12 bonnes pratiques à adopter pour des infolettres (newsletters), ou celui-ci de Jeremiah Owyang de Forrester Research qui nous donne (en anglais) les 10 étapes à suivre afin de démarrer une commaunauté en ligne. Il y a aussi celui-ci du copain Ben Tremblay qui indique comment créer une page Facebook pour un entreprise.

2. « Épinards »: billets réfléchis, santé.

spinach Le but de ces billets est de positionner votre blogue comme un leader d’opinion dans votre domaine. Vous devez investir un peu de temps dans ces billets car c’est ce qui fait la différence entre un billet qui ressemble à tous les autres billets et le vôtre qui est rempli de vitamines et de nutriments pour l’esprit. En général, on ne fait pas trop de ce genre de billets.

Une exemple est ce billet de Stéphane Guérin, prolifique blogueur et source d’inspiration, où il fait un état de la situation de la blogospère francophone. Michelle Blanc publie aussi pas mal de ce genre de billets où elle présente clairement sa position sur un sujet donné et appuie ses propos de données ou d’hyperliens corroborant son point de vue. Récemment, elle a publié ce billet en réaction à un commentaire sur son blogue ayant trait à l’espace que l’on occupe dans les médias sociaux.

3. « Rosbifs »: Les gros billets du blogue (comme quand on recoit la fin de semaine).

RosbifIls requièrent beaucoup, beaucoup de travail et de recherche. Ils contiennent des tonnes de liens et ont le potentiel de générer de fortes discussions et beaucoup d’attention dans la blogosphère. On doit les choisir avec précaution.

En mars dernier, je me questionnais pas mal sur Twitter et sur son utilité, j’ai alors entrepris  des recherches afin de m’abreuver sur ce sujet. Je me suis mis dans la peau de quelqu’un comme moi, qui venait tout juste d’être frappé par l’engouement de Twitter et qui ne savait pas par où commencer.  Je tente de garder  ce billet à jour en y ajouter des MAJ (Mises à jour) puisque Twitter est en constante évolution. Depuis ce temps, mon billet « Twitter pour les nuls » est le plus lu et un des plus commenté sur mon blogue et a été repris par plusieurs blogues dont celui de Presse-Citron qui est un des blogues les plus lu en France ou celui d’Agent Solo ici au Québec. La preuve que les efforts que l’on met dans un billet finissent par être reconnus par nos pairs…

4. « Tabasco »: Les billets qui mettent le feu aux poudres…(ou qui nous brûlent les lèvres!)

tabascopreviewIls débutent généralement par des prises de position sans équivoque. Même si je ne veux pas que la citer en exemple, la prolifique blogueuse francophone, Michelle Blanc, excelle vraiment dans ce type de billet. Vous en trouverez un bon exemple ici, et d’autres ici et ici. Ces billets ont leur place dans la blogosphère car ils permettent les échanges d’idées et forcent les débats. Évidemment, on doit d’être préparé à se défendre. On doit aller au « batte » comme on dit et avoir le courage de nos convictions sinon on se ferme la trappe. Ces billets génèrent beaucoup de commentaires et de liens. Il faut faire attention de ne pas publier strictement ce genre de billet sur son blogue car ils peuvent ternir votre crédibilité. Aussi, attention aux trolls avec ce genre de billets…

5. « Gateau au chocolat »: Les billets tendres et sucrés (ou amers…)

Chocolate CakeJe crois énormément en ce genre de billet même sur les blogues professionnels. Il permettent de faire revenir vos lecteurs car ils contribuent à rendre votre blogue cool et l’fun. Si quelqu’un cherche du contenu sérieux, drabe et dénué de toute forme d’opinion, il n’a qu’à lire le journal. 😉 Les blogueurs n’ont pas de code ou de ligne à suivre dicté par un éditeur. Ils se dotent de leur propre ligne éditoriale qui est fonction de leurs valeurs et leurs convictions. Ils peuvent se permettre quelques écarts et c’est personnellement ce que j’apprécie le plus chez les blogueurs que je m’efforce de suivre: un judicieux mélange de crédibilité, de pertinence et de fun. Ces billets sont une excellente facon de montrer votre côté givré et de rire de vous même un tant soit peu. Étonnemment, ils sont de forts générateurs de traffic et de liens. Ils contiennent souvent une image ou une vidéo ou expose une situation loufoque. De mon côté, je tente de garder ces billets pour le vendredi mais j’ai fait quelques écarts…Mes coups de coeur s’y retrouvent mais j’y insère aussi mes coups de gueule sur divers sujets

Quelques exemples: Un billet à propos de la clarté (en anglais)La dinde de Noel d’Adviso, La sauce Ragu de Michelle ou le billet sur l’utilité des cravates de Steph Guérin.

En somme, tentez de suivre le « Guide Élémentaire des Blogues Canadiens » 😉 et assurez-vous de fournir à votre blogue les 5 types de billets.

Vous pouvez télécharger la présentation originale ici ou ci-bas.

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to FurlAdd to Newsvine