Projet de livre sur les Médias Sociaux par moi ou d’autres…

Ce matin, Michelle Blanc sollicite ses lecteurs au sujet de la suite à prévoir de son livre Les Médias Sociaux 101, livre pour lequel j’ai fait une revue ici même il y a quelques semaines en me répondant à la question « Pourquoi vous devriez offrir Les Médias Sociaux 101 à votre patron? ».

Or, depuis pratiquement 1 an et demi que je jongle avec l’idée d’un livre pratico-pratique sur ce sujet… J’en avais même brouillonné une table des matières afin de structurer ma pensée en sept 2009. Rédiger un bouquin est un rêve que je caresse depuis la rédaction de mon mémoire de Maîtrise. Or, le temps me manque. Je m’ennuie aussi tout autant de la pédagogie et de l’enseignement universitaire qui ont fait partie de ma vie professionnelle de 1998 à 2008.

Comme le monde des médias sociaux et du marketing web évolue à la vitesse grand V, la journée où j’aurai  le temps de compléter la rédaction de mon livre, le contenu sera désuet d’où l’idée de lancer un appel ici sur mon blogue.  Je partage ouvertement le « corpus » de mon projet de livre et vous en faites ce que vous voulez. Vous me dîtes ce que vous en pensez. Vous êtes un auteur ou un éditeur? Vous pouvez vous en inspirer. Si je peux y collaborer avec un collectif d’auteurs, il m’en fera un immense plaisir. N’hésitez pas à me contacter.

Alors, voici ma vision de la « patente »…

En gros, je vois un livre dans l’esprit des livres de Seth Godin, mais surtout axé sur la pratique, les nouvelles tendances et l’expérience à travers de multiples études de cas véritables. Pas trop académique avec beaucoup de liens vers des pages web.

Ma philosophie est simple et suit cette logique et Michelle Blanc en avait discuté ici l’an passé :
“Listen…Join…Ask…Engage…Build…Persist. And Grow.”

Le livre s’alignerait sur cette séquence alors peu importe à quel stade une entreprise est rendue dans son cheminement MS, elle peut y trouver son compte.

Il vise principalement à aider  les décideurs en entreprise à cheminer dans l’univers des Médias Sociaux. Comme je ne suis pas consultant à temps plein, j’ai manqué de temps pour en faire la rédaction pendant l’année 2010. J’observe comme vous que le monde des médias sociaux et du marketing internet évolue très rapidement et que les besoins des décideurs sont bien présents au moment où on se parle. Il ne me sert à rien de garder cela pour moi en attendant d’avoir le temps de rédiger tous ces chapitres…

PROJET DE LIVRE SUR LE MARKETING 2.0 en PME

Table des matières proposée
1.      Introduction aux médias sociaux, c’est quoi et comment ça va révolutionner le marketing
2.      Comment développer une stratégie de marketing 2.0 pour votre entreprise
3.      Vendre votre stratégie marketing 2.0 à l’interne (ROI, ressources humaines et $, challenges à prévoir)
4.      Écouter, observer: être un joueur passif (Étape cruciale selon moi)
5.      Joindre, s’abonner, s’impliquer, converser, partager répliquer (Base personelle). Être un joueur actif
6.      Demander (de l’aide externe, des conseils, suivre des formations, apprendre par la théorie et l’expérience des autres)
7.      Joindre, s’abonner,  Créer ses profils et image de marque, s’impliquer, converser, partager, répliquer (Base corporative) Joueur de plus en plus actif.
8.      Plonger. Lancer une initiative 2.0 à petite échelle, monitorer ses résultats fournir des exemples, bâtir un case study. C’est ce que j’ai fait personnellement avec la Foire aux Meubles South Shore.
9.      Bâtir une communauté (Longue haleine, somme de plusieurs petits gestes, etc) Créer et diffuser  du contenu diversifié. Défis que la création de contenus représente.
10.     Persister (Importance de la persévérance, donner des exemples de marques qui se sont bâties sur le long terme avec le mkt trad et comparer avec nouv mkt, etc)
11.     croître : Démontrer le lien entre une présence forte en 2.0 et la business (ventes, notoriété, économies, etc)
12.     Tout au long de ce parcours. Mesurer, monitorer, ajuster le tir à mesure que l’on avance. Donner des outils de mesure clairs et précis. Les fameux KPIs. Attention de ne pas se perdre là dedans.
13.     Conclusion

Qu’en pensez-vous? Ca comblerait un besoin ou non?

Faites le plein de données récentes sur le monde des communications et des médias sociaux avec Next is Now

Les internets apportent leur lot de vidéos coup de poing que tout bon marketer saura apprécier. Je les aime bien car elles permettent en quelques minutes de refaire le plein de données fraîches sur le monde des communications, du marketing et de l’adoption/utilisation des nouveaux médias que sont Facebook, Twitter et les autres médias sociaux.

Socionomics en avait mis un en ligne l’an passé et je l’avais partagé avec vous en août 2009 en affirmant que les médias sociaux ne sont pas une mode. Il y a aussi ce wake up call pour les marketers qui avait été mis en ligne il y a un an. Celle-ci est tout aussi intéressante. Premièrement, les données sont fraîches et les sources sont clairements listées dans l’onglet de description sur youtube (je les ai aussi mises au bas dece billet). Deuxièmement, la vidéo contient un nombre important de données canadiennes, ce qui fait souvent défaut à bien des statistiques touchant le merveilleux monde du marketing. Note: Cette vidéo a été produits par Rogers.

Même si je crois fondamentalement au pouvoir des données et des faits. Ils n’ont aucune valeur si on ne fait rien avec… Malheureusement, une forte proportion de marketers est « assomée » à la lecture de ces infos et ne savent pas par où commencer et orienter la suite. Comme le disait Claude Lafrenière en commentaire d’un des billets ci-haut précités:

Le message atteint difficilement les destinataires: le signal se rend mais n’est pas décodé et n’influence pas. Il y a une question d’éducation des entreprises et des entrepreneurs qui reste à faire. Suffit de voir à quel point les entreprises « média » au Québec font difficilement le « move’ vers le Web 2.0 pour prendre la mesure du chemin qui reste à faire. J’ai l’impression que les entreprises retardataires ne réaliseront leur erreur que lorsque des concurrents viendront jouer dans leur « tale » et leurs profits… Le chemin le plus court vers le cerveau de certains « boss » est là où ça fait mal (le porte-feuille)…

Claude disait cela il y a un an. Des progrès ont été fait deuis ce temps. Mais on dirait que notre environnement avance à un rythme accéléré et que nous arrivons difficilement à suivre le tempo. Suis-je trop pessimiste? Qu’en pensez-vous?

SOURCES
Facts in Next is Now are calculated based on data from the following sources:
[0:10] Google CEO Eric Schmidt, Information Week
[0:18] 24 hours of video uploaded per minute, The Official YouTube Blog
[0:25] Facebakers, Facebook Statistics Canada
[0:32] Normalized, averaged Facebook growth (Facebook Press Room milestones)
[0:49] iTunes download of The Godfather vs 56kbps
[0:55] Speeds of 50mbps and up in Canada
[1:16] Canadian Wireless Telecommunications Association
[1:21] Canadian Wireless Telecommunications Association
[1:29] Ipsos Reid Interactive Group
[1:39] Amazon Kindle capacity
[1:43] Bedford Public Library collection: nearly 12,000 books
[1:52] Android: Androlib / iPhone: Apple
[1:55] Match.com iPhone App
[2:32] OTX, 2008 Longitudinal Media Experience Study
[2:36] SRG, Digital Life Canada, November 2009
[2:40] SRG, Digital Life Canada, November 2009
[2:56] Amdocs, The Connected World Vision
[3:16] TweeSpeed
[3:20] 15 million in U.S. alone. CTIA-The Wireless Association, Wireless Industry Survey
[3:24] Symantec, 2000-2009: The Spam Explosion

Simplement, Merci!

Cette semaine a été la semaine du lancement de notre concours La Foire aux Meubles. Ce fût une semaine fort occupée! Comme je vous le disais plus tôt sur ce blogue, cette initiative sans prétention se veut la toute première expérience dans les médias sociaux pour notre PME Meubles Rive Sud. Depuis lundi, nous avons reçu beaucoup de commentaires positifs par rapport à notre concept. Certains ont saluer son originalité, d’autres l’audace que notre PME a démontré en prenant ce « risque » face aux médias sociaux souvent mal-connus. Vous l’avez fait par des courriels, par des Tweets, des appels téléphoniques, des fax (ben non je niaise!).

Je veux simplement vous dire publiquement MERCI! Je vous dis merci car depuis maintenant presque 7 mois (depuis que je tiens ce blogue), j’ai découvert des blogueurs qui m’ont justement fait voir des nouvelles facettes du marketing moderne: Ben Tremblay, Michelle Blanc, Steph Guérin, et bien d’autres, la liste serait longue (mais il y en a pas mal dans mon blogroll). Vous m’avez donné le goût d’aller plus loin. D’explorer de nouveaux horizons.

Je ne prétend pas être un gourou du web comme les gens pré-cités mais je me dis que c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Quoi de mieux qu’un concours original avec un début et une fin pour mesurer l’idée de se mouiller le gros orteil dans les médias sociaux?

À voir les réactions cette semaine, je ne le regrette pas et surtout, j’ai encore plus le goût de mettre la pédale au fond dans cette direction. ;-)

So, stay tuned!

Je vous laisse quelques billets et articles qui ont parlé du lancement de notre concours cette semaine.

Un merci spécial à Ressac Media qui m’a aidé à mettre en oeuvre ce beau concours. Les gars, je sais qu’il y a eu des yeux rouges, des maux de tête, des poussées de boutons et autres effets secondaires mais sachez vos efforts sont appréciés.

MAJ, le 17 juin 2009

Un merci tout spécial à Dominic Arpin (Twitter @Dominic Arpin) qui nous a fait une belle surprise ce matin en parlant de notre fabuleux concours à sa chronique de l’émission C’t’encore drôle sur les ondes de Radio-Énergie 94,3 à Montréal. Vous pouvez entendre l’extrait de l’émission ici. Constatez par vous même que Mitsou, s’est bien bidonnée d’un des fauteuils bruns inscrit au concours!

MAJ, le 2 juillet 2009

Un autre merci spécial va à Lucie Lavigne qui a pris la peine de m’appeler pour rédiger son billet traitant de notre concours le 23 juin dernier. Avant la clôture de notre concours, elle y avait fait son propre palmarès personnel qui, ma foi, n’était pas très loin du résultat de notre classement final fait par vote populaire. Vous retrouverez son excellent billet ici.

MAJ le 25 sept 2009

Ressac Media jette un peu plus de lumière sur ce projet innovateur en l’ajoutant à la liste d’études de cas de son site. Plus de détails ici.

La Foire aux Meubles est lancée!

Vous le savez peut être mais je ne suis pas un blogueur professionnel à temps plein. 😉 J’ai une « Day Job » comme on dit. Je suis en charge du marketing chez Meubles Rive Sud, une PME fondée en 1940 qui est établie à Ste-Croix dans la région de Québec. J’ai la chance de travailler dans une entreprise innovatrice, qui malgré son âge et son secteur d’activité est résolument moderne, tournée vers l’avenir et qui croit plus que n’importe quelle autre PME, au potentiel d’internet, du e-commerce et des médias sociaux.

Comme j’en parle souvent sur ce blogue, je crois sincèrement que le marketing est en train de changer et que nous, marketers, devons modifier nos façons de faire. Je pense que l’on peut débattre pendant des mois et des années à savoir  si le marketing traditionnel est appelé à disparaitre ou si le nouveau marketing n’est qu’une mode passagère. Je me fous de ces débats stériles. Je suis de ceux qui croient que tout marketer doit s’adapter et s’ouvrir. Ca sonne évident mais à voir les débats qui sévissent sur les tribunes de communication-marketing, la chose est loin d’être tranchée. Je suis de ceux qui pensent que la meilleure façon d’apprendre, c’est de le faire… J’ai déjà dit sur ce blogue que si la Maison Blanche peut prendre le virage web 2.0, une PME manufacturière de taille moyenne devrait être en mesure de faire un bout de chemin dans cette direction.

Alors voici la toute première offensive marketing entièrement entièrement web 2.0 déployée par une PME manufacturière .

Mon équipe marketing et moi avons mis au point une campagne originale qui sera diffusée principalement sur les Réseaux Sociaux afin de faire connaître Meubles Rive Sud auprès des Québécois.

La Foire aux Meubles est ouverte: « À La Recherche du Meuble Le Plus Laid du Québec ».

Logo_Foire_aux_meublesLe concept est ultra-simple. La stratégie comprend la création d’une plateforme concours participative en plus de la diffusion du concours sur les réseaux sociaux, les moteurs et les blogues.

Afin de célébrer le 1er juillet et la fête nationale des déménagements, le microsite concours La Foire aux Meubles fera appel aux Québécois pour les aider à trouver ni plus ni moins que le Meuble Le Plus Laid du Québec!

Ce concours invitera les internautes à soumettre sur le site un meuble qu’ils ne sont tout simplement plus capables de voir et voter pour la fiche photo de celui qu’ils jugeront le plus laid d’entre tous! En plus de contribuer à cette galerie des horreurs, les participants pourront aussi commenter chaque meuble. Le fil de presse Twitter de La Foire aux Meubles permettra aux intéressés de suivre les dernières nouvelles du concours en temps réel, une vidéo a également été produite pour l’occasion ainsi qu’une Page Facebook pour rallier les fans Québécois de mobilier à l’esthétique douteuse.

Le participant ayant soumis le meuble le plus laid remportera:

  • un mobilier de chambre neuf;
  • les services de décoration d’un designer intérieur;
  • de la pizza de chez Mikes et de la bière Carlsberg afin de célébrer le 1er juillet avec ses amis.

Le gagnant sera annoncé le 1er juillet. La chasse aux meubles laids est ouverte!

Comme je l’avais fait la semaine passée en vous proposant en primeur le « teaser » de cette campagne (vous aviez eu droit à la portion guerilla marketing de notre concept), je vous tiendrai au courant des défis marketing auxquels notre PME a fait face afin de faire de ce concours un succès. Innover et faire différent a un prix. On doit battre le sentier et s’ajuster à mesure que l’on avance. Assurez-vous de visiter mon blogue pour en savoir plus.

Mais d’ici là n’hésitez pas à participer. Plus on est de fous, plus on rit!

Merci à l’avance de vos commentaires.

Les polémistes et vous

Depuis quelques semaines (et dans le fond plusieurs mois…) une guerre de tranchée sévit sur le web et dans les medias traditionnels. Un débat quasi stérile entre 2 clans.  Leurs armes sont redoutables. À coup de billets incendiaires et de commentaires sur les blogues (d’autres exemples ici et ici), de conférences, de présences télé ou radio ou de web-diffusions,  ces deux clans se rangent chacun de leur côté et semblent durcir leur position. On se traite de « chantre », de « journalistes qui vomissent » . C’est pas jojo. Divertissant mais pas jojo ;-). Ils tentent éperdument de démontrer qu’ils ont raison.

C’est bien beau les débats philosophiques mais comme je dis souvent à ma douce, j’aime mieux avoir la paix qu’avoir raison. (ici, je fais bien sûr référence à la paix d’esprit). À un moment donné, il faut arrêter de s’obstiner et avancer. C’est pas mal plus zen et meilleur pour la santé. Ces obstinations et géguerres intestines ne mènent à rien selon moi. (Quelques uns adoptent un discours d’ouverture  tels que Dimitri Gourdin dans ce billet qui nous donne la perspective d’agence sur cette confrontation entre le marketing traditionnel et le web 2.0.)

La confrontation du passé et du futur

D’un côté, on retrouve les traditionalistes des médias. Ceux qui défendent le statu quo. Ceux qui prétendent que les journaux, la télé, l’affichage ne vont pas mourir. Leur discours se résume à « Ces médias ont leurs raisons d’être et que c’est pas vrai que le web va venir tuer une recette qui marche bien depuis si longtemps ». Le temps fera son oeuvre et petit à petit, leur discours ne tiendra plus la route. En attendant, laissons-les jouer à l’autruche tout seuls. Ils vivent dans le passé.

De l’autre côté du spectre, on retrouve les « gourous » des nouveaux médias. Ceux qui ne jurent que par le web. Ils ne manquent pas une occasion de ridiculiser les tarlas qui lisent encore leur journaux en version papier, qui font encore de la publicité à la TV ou à la radio ou ceux qui n’ont pas leur compte Twitter. Ils me font rire, ils m’intéressent et j’aime les lire et les écouter. Il m’ouvrent vers de nouveaux horizons. Ils changent souvent d’idée. Ils aiment bien s’amuser à faire des prédictions.Ils vivent dans le futur.

La réalité: les gestionnaires marketing vivent au présent et préparent l’avenir

J’aime la polémique et les débats d’idées mais encore faut-il que ca mène à quelque part. Il faut que ça fasse avancer le débat. Dans ce cas-ci, le débat stagne et vous savez quoi, je n’en ai rien à foutre de qui a ou aura raison. Toutes ces prédictions, c’est de la bullshit. Arrêtez de jouer aux Nostradamus et retournez un peu à la base. Moi, tout ce qui m’intéresse, c’est d’avancer, de progresser, pas de défendre des positions statiques. Les consommateurs moyens, vos clients,  eh bien, eux-aussi vivent au présent.

 Si tous ces gourous et autres défendeurs du statu quo arrêtaient de s’obstiner pour essayer de savoir qui pisse le plus loin et essayaient de travailler ensemble à établir des guides, des pratiques concrètes afin d’aider les gestionnaires marketing ouverts au changement à intégrer ces nouveaux outils de manière équilibrée dans leur mix-marketing, je pense que tout le monde en sortirait gagnant. Autant les débatteurs d’idées que les praticiens du marketing. De grâce, arrêtez de vous peinturer dans le coin, vous ne rendez service à personne.

Je suis un adepte  des nouveaux médias (relativement récent, la preuve vous me lisez sur mon blogue ;-)) et en tant que marketer , je pense qu’il faut être carrément myope pour les ignorer. J’en ai parlé dans des billets précédents.  Le marketing est en train de se réinventer et les pionniers de cette révolution seront les gagnants de demain. Si Barack Obama à la Maison Blanche est capable d’embrasser cette révolution alors, vous en êtes tout aussi bien capables. Il n’est peut être pas nécessaire pour tous les marketers d’abandonner tout ce qu’ils faisaent pour se tourner uniquement vers du Web 2.0 mais au minimum, il faut avoir la curiosité d’oberver et d’analyser ce qui se passe, parce que ca se passe vite et vous rsiquez de vous faire dépasser rapidement.  Jean-Sébastien Chouinard d’Adviso Conseil a fait un billet sur les 5 niveaux d’un gouvernement 2.0 qui peut être repris par une PME désireuse d’évoluer dans cette direction. Commencez donc par la base.

Si vous me lisez sur ce blogue, vous êtes dans la bonne direction. Allez-y. Testez, expérimentez. Prenez des risques. Récupérez les bons coups des autres mais surtout, ne vous attardez pas aux polémistes qui ne cherchent qu’à défendre leur opinion. Foncez.

Gros spécial sur la crémation. Intéressés?

Depuis quelques jours, j’aperçois cette affiche en me rendant au travail chaque matin. La première fois, je pensais avoir mal vu. J’ai tellement trouvé ca bizarre que j’ai décidé d’arrêter et de regarder de plus près. J’ai pris cette photo avec mon BlackBerry.

cremation-a-7951

Bienvenue au Centre National de Crémation Harmonia de St-Apollinaire.

Ca ne sonne pas weird dans vos oreilles un centre « national » de crémation sur le bord de la 20 à St-Apollinaire…On ne parle pas d’un « Paint Shop » pour votre bazou ici mais bien de l’endroit où votre dépouille connaitra ses derniers instants avant d’être carbonisée!

Au moins, ca l’air prrropre vu de l’extérieur! Remarquez que je n’ai pas une grande expertise dans l’industrie de la mort mais en tant que consommateur potentiel, il me semble qu’il y aurait moyen de rendre cela un ti peu plus attrayant. Anyway, ce n’est pas le but de ce billet!

J’aimerais utiliser cet exemple pour soulever des éléments de la stratégie marketing de cette entreprise de crémation qui m’apparaissent bizarres:

  1. Je me rappelle d’une chose de mon cours de commerce de détail à l’université soit qu’il y 3 règles en matière de commerce de détail: location, location, location (en francais: emplacement, emplacement, emplacement). Dans le cas d’un centre « national » de crémation, il me semble que d’avoir pignon sur rue en plein milieu d’un champ sur le bord de la 2o (à côté d’une shop de cercueils ce qui n’est sans doute pas un hasard!) ne m’apparait pas comme étant la stratégie optimale.
  2. L’utilisation et l’affichage  d’un prix promotionnel ne cadre pas avec la nature de l’entreprise. On parle de crémation ici, pas de soute de ski-doo. La crémation est un exemple parfait d’un produit pour lequel le consommateur n’a aucune référence de prix en tête. Mettons que c’est pas trop le genre d’affaire que tu magasines souvent. En plus, peut-être que je me trompe (si un spécialiste de cette industrie veut bien m’éclairer, bienvenue!) mais je ne crois pas que le prix arrive en premier dans les critères de sélection en matière de fin de vie sur terre. Je crois que de positionner son offre sur le prix plutôt que sur d’autres attributs plus nobles, pour un produit comme la crémation (comme la qualité du service, le respect, la dignité, etc), vient diminuer l’attrait de cette entreprise Vs ses concurrents et les autres alternatives disponibles pour disposer de sa dépouille. C’est bien beau 795$ pour une crémation immédiate mais la majorité des consommateurs ne savent pas à quoi comparer ce prix. Ils ne savent donc pas si c’est un deal ou non.
  3. Confusion au niveau du branding. Si vous regardez la façade attentivement, vous constaterez qu’on y trouve, à travers les quelques mots qui s’y retrouvent, 2 marques de commerce. Harmonia et Fénix, crémation immédiate. C’est pas clair.
  4. Pas de call-to-action clair. Mettons que je suis sur le point de mourir et que je jongle avec l’idée de me faire « crémer » ou « crémater », je sais pu trop. J’ai besoin de crémation là là. Je vois cette affiche en passant sur la 20. Qu’est-ce que je fais si je veux en savoir plus sur la crémation? Eh bien j’appelle, hein? Le # de téléphone est enfoui dans la neige depuis que l’affiche a été installée…. Sortez votre pelle et/ou attendez qu’ils la pelletent. Ralentissez sur la 20, demandez à votre conjoint de prendre le# 1-800 en note.
  5. Pas d’info sur la promo et mauvais référencement sur Google. Ok, mettons que cette affiche a attiré votre attention en passant devant.  Vous n’êtes pas à l’article de la mort mais ils ont su piquer votre curiosité avec cette histoire de crémation immédiate à 795$. Vous désirez en connaitre plus en vue de mieux planifier vos affaires et prendre une décision éclairée de votre vivant pour ne pas laisser vos proches dans le néant au cas où la mort frapperait. Que faîtes-vous? Eh bien oui, comme beaucoup de consommateurs, vous allez voir ce que Mr.Google en pense. Ok, vous avez retenu le mot « Harmonia ». Allons voir ce qui sort en tapant Harmonia.

harmonia-accueil

Super. Vous arrivez sur un site de services funéraires. Jusqu’ici ca va.

Par contre, n’essayez pas de trouver quelconque référence à la crémation immédiate @795$ sur leur site. Rien. Nada. Décu hein? 😉

Vous pouvez par contre vous informer sur leurs services. C’est pas l’expérience de magasinage web du siècle mais bon, c’est informationel et clean.

Là où ca se gâte, c’est si vous avez retenu le nom « Fénix »  ou « Crémation immédiate » et que vous tapochez cela dans Google, omme dirait Théo, Bonne Chan. Absolument rien dans Google… Même en tapant fenix seul avec ou sans accent et même « crémation immédiate » (qui semble être leur attribut distinctif). Rien. On reste donc sur notre appétit et on abandonne le projet. 😉

Mis à part de vous faire sourire un peu, le but de ce billet vise à faire prendre conscience que parfois en marketing, on pense bien faire, mais que dans les faits, nos actions ne donnent absolument rien. Pourquoi ne pas avoir pris un petit moment de réflexion avant de placarder cette grosse affiche en avant d’une entreprise funéraire? Un peu de gros bon sens aurait suffit à rendre ces dollars marketing beaucoup plus efficaces.

PS: Pour ceux qui souhaitent obtenir des détails sur le centre national de crémation de St-Apollinaire, vous pouvez les rejoindre au 488-881-9797.

Pour Hommes seulement.

Pub Goldstar 1

Pub Goldstar 1

Non, non, je ne vous parlerez pas de la teinture pour cheveux quoique je vais bientôt devoir magasiner ça!

Ca brasse pas mal en Israel ces temps-ci, mais c’est de la bière Goldstar brassée en Israel dont je veux vous parler.  Je ne tiens pas un blogue de politique après tout mais bien un blogue de marketing….

Dans les agences de pub de Mourial , on s’échange des emails avec des photos de belles campagnes de pub inspirantes puisées partout dans le monde. La campagne « Thank God You’re a Man » s’est fait forwarder à plusieurs reprises au cours des dernières semaines.

Je crois de moins en moins aux bénéfices de la pub traditionnelle à cause de son côté unilatéral qui fait en sorte qu’elle concurrence moins bien les nouveaux medias bi-latéraux. Néanmoins, j’ai toujours eu un penchant pour les belles pubs originales,  bien ciblées et surtout, bien exécutées. Alors voici (Merci du feed Sebas!) , cette pub est visible dans les toilettes des hommes seulement, alors, pour vous mesdames c’est quelque chose que vous ne reverrez jamais dans la vraie vie. Regardez à quel point on peut être méchant avec vous pour vendre de la broue!

Pub GOldstar 2

 Mes amis ingénieurs, amateurs de Flow Charts, vont particulièrement aimer celle ci-haut!

Et finalement, la meilleure, toute en subtilité!

Pub Goldstar 3

Cette publicité a le mérite de faire sourire sa cible alors qu’elle est captive dans les toilettes, probablement en train d’expulser un Goldstar ou une autre marque de bière! La bière est un breuvage de gars et est surtout un produit pour lequel la marque et sa symbolique exercent une influence importante (sinon la seule) sur le choix des consommateurs. De jouer la totale, ultra macho comme Goldstar l’a fait, est une bonne chose pour ne pas passer inapercu dans l’océan des publicités de bière.

À retenir: Si dans votre secteur, la pub est un mal nécessaire, osez être ultra-ciblé , original et à la limite, provocateur. Ca sonne « cucu » mais peu le font réellement (C’est ben plus simple de jouer « safe »). Sinon, passez votre tour et mettez votre argent ailleurs.

How many times a week should you visit my blog?

Since I started blogging (and this is quite recent…), a few people are asking me how I can write posts on such a frequent basis?  The question should be in fact, how can you write original and insightful posts on an almost daily basis knowing  that you have a day job and 3 kids that awaits  for their dad at home? I do not pretend that is what I did so far but at least, this is what I am aiming for. Follow me on this blog and judge by yourself!

In terms of post frequency, there are several schools of thoughts in the community of bloggers. Some are saying you should just post ultra-original content even if it only happens once or twice a month.I disagree. It is a matter of perspective. Your content could always be original for someone. It is a matter of reaching these people. Some others are saying, you should post a minimum of 2-3 posts a week to keep your blog alive. It could be true…

Seth Godin , the famous marketing guru, is posting on a daily basis since many months, see the Advertising Age interview here about his posting frequency strategy. His blogging goals are:

  1. To spread ideas
  2. To put his ideas out there and get them out of the way of the next idea
  3. To encourage people to add alacrity to their diet

You could also add, to relentlessly build HIS brand, which is a very noble objective when your day job is to write and sell marketing books.

Mine are somewhat different.

My objectives with this blog are to:

  1. Create an exchange platform where marketing decision makers could spread and share ideas and experiences. If I can act as an igniter or at least an idea funnel, this will be a great achievement.
  2. Build a better marketing practice. Especially within Small and Medium sized Businesses that are often struggling with the challenges brought by modern marketplaces.
  3. Have fun! This is why the tone of this blog will NOT be 100% serious and professional.

To achieve that, I will post every time I think I have something that could help me attain one or many of the above-mentioned objectives. It could be daily or once every 2 weeks. 

I am my own editor so if I fail to bring you content in-line with these objectives, be honest and drop a comment. I will rectify.

PS: For the non-geeks, RSS feeding is an amazing tool. Subscribe to it for free on this blog and receive the headlines of my posts directly in your reader. You will be able to filter by yourself what is interesting for you.

Bienvenue dans mon blogue

Comme je n’avais fait mon premier billet d’introduction qu’en anglais (ce billet date du 17 décembre 2008 ) et que je souhaite maintenir ce blogue dans les deux langues officielles ici au Canada, le revoici donc en « franssa ».

Bienvenue dans mon blogue!

J’ai finalement trouvé ma voie dans la blogosphère. Il y a un an à peine, j’avais un préjugé défavorable à l’égard des blogueurs. Il faut dire que je ne lisais pas beaucoup de blogues…à ce moment. Je pensais que les blogueurs étaient une gang d’antisociaux qui se cachaient derrière leur écran d’ordinateur parce qu’ils n’avaient pas de « vraie vie » . Il faut dire que c’était des préjugés qui, comme la plupart des préjugés, venaient d’une méconnaissance quasi-complète du monde des blogues.

Je vous demande pardon car j’ai carrément viré mon capot de bord.

Je suis une preuve vivante que n’importe qui peut changer d’idée sur n’importe quel sujet, en particulier un sujet évoluant à une vitesse folle comme le web 2.0!

Mon but avec ce blogue est vraiment simple: « connecter avec d’autres personnes partageant les mêmes intérêts personnels et professionnels ». En somme, partager, discuter, apprendre.

Le format du blogue rend l’échange d’idées et d’expériences ultra facile. C’est devenu évident que ce medium s’avérait le meilleur moyen d’exprimer toutes les idées qui bouillonnent dans ma tête.

Dans ce blogue, je veux principalement discuter de stratégies marketing dans les petites et moyennes entreprises manufacturières (PMEs). J’ai principalement oeuvré dans des PMEs au cours de ma carrière et j’ai toujours cru que les cours et les manuels de marketing étaient totalement déconnectés de la réalité de ces entreprises qui constituent environ 80% de notre économie. Dans un environnement qui bouge plus vite que jamais où les « retours sur les investissements marketing » , le « web 2.0 », les « taux de conversion », la « fragmentations des marchés », les « niveaux de concurrence accrus », les « consommateurs mieux informés, e tc sont sur toutes les lèvres , j’ai voulu créer un plate-forme d’échange d’idées  bilingue. Cette plateforme, c’est ce blogue et il est destiné aux gestionnaires marketing, chefs de produits, chargés de projets, PDG de PMEs, etc qui souhaitent diffuser et partager leurs idées à propos du marketing  ainsi que leurs expériences avec d’autres gens de marketing et bâtir, ensemble, une meilleure pratique marketing.

Oui oui, ce blogue va traiter principalement de divers sujets du marketing mais j’ai un paquet d’autres affaires qui m’inéressent: la musique, la moto, la course à pied, les enfants, la bouffe, etc Je vais sans doute partager mon point de vue sur ces sujets sur une base moins régulière.

Alors, amusez-vous. Ne vous gênez pas pour commentez mes billets.

Bienvenue dans mon blogue!

Etienne

Pourquoi les magasins spécialisés continuent de souffrir?

J’ai 3 enfants. Je n’aime pas magasiner. Pas le temps. C’est pourquoi j’aime bien les magasins genre « one-stop-shop ». J’adore LOBLAWS mais ils ne vendent pas encore de couvre-plancher et je ne crois pas que ca s’insère dans leur stratégie de recentralisation sur la bouffe…anyway ce n’est pas le sujet de ce billet!

En fait, pour des raisons purement personnelles, j’aime bien les grandes surfaces. Je ne suis pas le seul. On arrête pas de voir pousser des méga centres à gauche et à droite des villes de banlieue.

Or, dans ma nouvelle maison, une chose m’agace: le tapis  « un peu malpropre et avec beaucoup de vécu » que les anciens propriétaires nous ont laissé au sous-sol. Afin de préserver la santé de nos 3 rejetons, ma douce et moi avons décidé il y a un moment de ne pas « investir » dans le nettoyage du-dit tapis pour plutôt l’arracher et remettre un couvre-plancher plus moderne et hygiénique pour nos petits qui aiment bien y lutter et faire rouler leurs voitures. 

Comme je vous disais, les fenêtres de magasinage sont rares dans ma vie occupée de jeune professionnel avec 3 flos. Alors, samedi dernier, le 20 décembre 2008, à partir d’une référence d’un bon copain, je me rends avec mon petit gars de 3 ans à un commerce spécialisé en bois franc. Ceux qui ont déjà magasiné avec de jeunes enfants savent que juste de faire cela, c’est un effort en soi. Je voulais me donner bonne conscience et faire un magasinage éclairé de mon futur plancher de sous-sol. Ca méritait un minimum d’effort. Mon premier réflexe aurait été typiquement masculin: Go to Home Depot ou RONA l’Entrepot! Mais non, je me suis dit ou plutôt ma petite voix féminine m’a sussuré, « je vais encourager un spécialiste qui connait son affaire, quitte à payer un peu plus cher. Au moins j’aurai la certitude d’avoir fait un achat en toute connaissance de cause.

LA SURPRISE.

On est en plein peak du magasinage des Fêtes, je me pointe un samedi après-midi à ce super commerce près des Galeries de la Capitale à Québec et  vous savez quoi? Eh bien ces grelots-là ont jugé bon de carrément fermer le magasin du 19 décembre au 5 janvier inclusivement!!! Wow. Méchant party. Pas d’horaire des fêtes modifié. Non, non, non, complètement FERMÉ. Moi, je viens de réveiller mon petit bonhomme en plein milieu de son ultra-crucial dodo de char d’après-midi pour aller me baiser la face sur une porte bien verrouillée.

Pourquoi pensez-vous que tout le monde font migrer lentement mais sûrement leurs habitudes d’achat vers les grandes surfaces? Pas juste par préférence et parce que les prix sont plus bas mais souvent, comme dans mon cas, parce qu’ils n’ont pas le choix!

Oui, oui, les magasins spécialisés donnent une bien meilleur service que les gros méchants des grandes surfaces mais encore faut-il que l’on se pointe à leur porte pendant qu’ils sont ouverts!Pour cela, ca prend soit un horaire assez léger ou ben de la chance.

Désolé mais la fenêtre était là là right now, pas dans trois semaines!

Alors, où pensez-vous que je vais acheter mes 900 pieds carré de plancher?

Je comprend que ce soit difficile pour les commerces spécialisés de concurrencer les grandes surfaces sur les prix et sur les heures d’ouverture (Plusieurs de ces derniers sont ouverts jusqu’à 9PM chaque soir) mais on ne cesse de leur dire de se différencier par le service depuis que nos tinamis de chez Wal Mart ont envahi nos contrés… Allumez, tabarouette!

 Il me semble que le premier pas en vue de donner un service distinct ne serait-il pas d’être ouvert le dernier samedi avant Noel?